La Grandeur enseignée par le Christ

Tout Homme dans le monde aspire à la grandeur, ou à une certaine grandeur selon le domaine dans lequel on évolue. L’éducation ou l’enseignement que nous recevons tout au long de notre existence vise d’ailleurs un but : nous faire grandir ; oui, mais dans quoi ?

Cela dépend de l’aspiration de chacun. En effet, la compréhension que tous ont de la notion de grandeur n’est pas la même. De façon générale, il en existe deux : la compréhension selon le monde, et celle qui nous est révélée par l’Écriture et qui a été enseignée et pratiquée par le Christ. Notre vie, notre conduite au quotidien, notre manière de penser, nos choix et actes, etc. seront donc fonction de la compréhension que nous nous sommes appropriés comme modèle ou référentiel de grandeur. Le but de notre étude est donc de mettre en évidence les deux types de compréhension de ce qu’est la grandeur.

1. La grandeur selon le monde

La notion de grandeur dans le monde est généralement fonction du nombre de vos possessions matérielles et de votre statut social. Ainsi, selon le monde, si vous avez beaucoup d’argent ou beaucoup de possessions matérielles de façon générale (maisons, voitures, etc.), vous êtes grand ; si vous avez un très bon statut social ou carrière professionnelle, vous êtes grand. Il est même souvent remarqué dans notre société que lorsqu’un cadet d’une famille a un meilleur statut social ou plus de possessions matérielles que ses aînés, il est plus respecté que ces derniers. D’autre part, dans le monde, la notion de grandeur est souvent exclusivement liée à celle de se faire servir. Ainsi, celui qui est grand est exclusivement celui qui se fait servir. D’ailleurs, cette grandeur est dans la majorité des cas utilisée pour se comparer, rivaliser, mépriser, asservir ceux qui sont considérés comme petits selon le monde. C’est ce même constat que Christ relève quand il dit ceci à ses disciples :

« 25. Et Jésus, les ayant appelés, leur dit : Vous savez que les princes des nations les dominent, et que les grands leur commandent avec autorité. » (Matthieu 20 :25)

Ainsi, la grandeur dans le monde est perçue comme un « objet » d’oppression ou un qualificatif pour exploiter et asservir les plus faibles pour sa gloire personnelle. Elle se caractérise d’ailleurs par un orgueil démesuré de ces « grands » qui ont une haute opinion d’eux-mêmes et qui sont prêts à tout pour conserver leur position, qui est devenue une divinité dans leur esprit, lorsqu’ eux-mêmes ne se prennent pas pour des dieux auxquels on doit obéir.

N’est-ce pas cela que l’on constate dans plusieurs mouvements dits chrétiens dans lesquels on retrouve des personnes qui, se prévalant du titre d’apôtre, prophète, pasteur, évangéliste, etc., se comportent et se font servir comme des rois sur la terre, et exploitent le pauvre peuple (leur ignorance), le dépouille de ses possessions, pour leur propre gloire personnelle. Ils extorquent ainsi le peuple, en utilisant des techniques de manipulation comme des menaces de malédiction, en tordant le sens les écritures dont ils n’ont aucune compréhension pour davantage asservir ceux qu’ils appellent « leurs fidèles » avec un orgueil démesuré. C’est ainsi qu’ils se font « dieu » dans l’esprit de leurs fidèles, qui deviennent des personnes sous « perfusion spirituelle », totalement dépendantes des paroles de leurs gourous, prêts à tuer même pour défendre leur bourreau. A moins de l’intervention divine, on ne peut sortir d’un tel envoûtement.

Cependant, qu’en est-il de la grandeur selon Christ ? C’est ce que nous allons voir dans la suite de notre propos.

2. La grandeur selon Christ

Pour comprendre ce qu’est la grandeur selon Christ, il faut aller chercher cela non seulement dans son Message, et surtout dans sa propre vie. En reprenant le texte que nous avons cité précédemment, et en prolongeant la lecture, nous avons ces paroles de Christ :

« 25. Et Jésus, les ayant appelés, leur dit : Vous savez que les princes des nations les dominent, et que les grands leur commandent avec autorité. 26. Mais il n’en doit pas être ainsi parmi vous ; au contraire, quiconque voudra être grand parmi vous, qu’il soit votre serviteur. 27. Et quiconque voudra être le premier entre vous, qu’il soit votre esclave, 28. Comme le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour plusieurs. » (Matthieu 20 : 25-28)

Dans cet extrait des paroles du Christ, nous voyons que la grandeur est très intimement liée à la notion de servir son prochain. Ainsi, le plus grand est celui qui est le serviteur/l’esclave des autres. Le plus grand est celui-là qui prend la condition de serviteur pour servir les plus faibles. N’est-ce pas ce que Christ lui même a fait ? Lui qui est le Seigneur des seigneurs, le Roi des rois, Créateur de toute chose, Dieu au-dessus de tout ce qui est créé, il a quitté sa condition de Roi pour revêtir celle du serviteur, afin de nous servir et donner sa Vie pour nous. C’est pourquoi il a été souverainement élevé au-dessus de tous (Philippiens 2 : 03-11). Lui le Seigneur et Maître, il s’est abaissé pour laver nos pieds embourbés dans le péché ; telle est la manifestation de la véritable grandeur. Ainsi, le vrai pasteur est celui qui se met au service des autres et qui donne sa vie pour les autres.

De ce fait, le chemin vers la grandeur se trouve dans l’abaissement de soi, dans notre effacement, notre humiliation pour laisser Christ s’exprimer. Il se trouve simplement sur le chemin de l’humilité constante et le don de soi pour voir les autres grandir dans les vertus du Seigneur.

Telle est la grandeur enseignée par Christ. Elle ne dépend ni de notre niveau scolaire, ni de nos possessions matérielles, mais exclusivement de ce qui se construit en nous, dans notre esprit.

Ainsi, le disciple du Christ ne se considère pas grand parce qu’il aurait un statut social élevé, ni une belle carrière professionnelle, ou beaucoup de biens matériels, mais il sait que la grandeur c’est dans le don de soi pour que le Seigneur se serve de lui comme un instrument afin de libérer son prochain de la mort. Les éléments matériels que le Seigneur met à sa disposition ne sont que des outils qui l’aideront dans le service, et non des éléments pour écraser/mépriser/asservir les autres ou se vanter.

Que le Seigneur nous donne d’évoluer dans cette pensée de Grandeur à l’image de notre Maître.

Paix et Joie.

Jocelyn MONEYENGONO