Obéissance : par peur ou par amour ?

Nous allons essayer de répondre à une question qui nous semble essentielle au vu des multiples dérives qu’on peut rencontrer dans beaucoup de milieux dits chrétiens ; Obéissance à Dieu : par peur ou par amour ?

Pour cela, nous allons partir d’un texte. L’Écriture déclare :

« La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. » (1 Jean 4 v 18)

Cette portion des écritures nous révèle une chose très intéressante donc l’ignorance entraîne souvent certaines dérives et fait naître des culpabilités dans le cœur de plusieurs.

Il m’est souvent arrivé de voir des personnes parler de l’Evangile aux gens, en mettant en avant le jugement, la condamnation.

Ils présentent aux autres ce que j’appelle souvent : l’Evangile de la peur du jugement ou de l’enfer. Et comme toute Parole, elle fait naître dans ceux qui l’écoutent une certaine « foi », mais malheureusement qui est en réalité la peur.

Ainsi, celui qui est instruit dans cet Évangile commence à « obéir » aux commandements du Seigneur parce qu’il a peur d’aller en enfer. Il se bat de toutes ses forces pour garder une certaine « sainteté » car il vit dans la peur constante que s’il faute : « est-ce que Dieu va même m’accepter ? »

Chaque fois qu’il commettra une faute, il sera dans les culpabilités car c’est l’enfer qu’il voit devant lui. Et ceux qui lui ont annoncé cet Évangile de la peur, vont lui rappeler chaque fois qu’il tombera, que l’enfer est proche de lui s’il ne change pas.
On se retrouve donc avec un individu qui a peur du Seigneur, qui s’impose une vie rigoureuse car il a peur de ne pas être assez saint pour le Royaume, et donc pour ne pas éviter l’enfer. On a donc une obéissance par la peur.

Or comme le montre l’Ecriture, dans l’Amour véritable, il n’y a pas la peur. L’enfant du Seigneur n’obéit pas à Dieu parce qu’il a peur que celui-ci le jette en enfer. Non. La première Parole de l’Evangile ce n’est pas : « Vous allez partir en Enfer » ; mais c’est : « Dieu t’aime et te pardonne ».

L’enfant du Seigneur obéit à Dieu car il découvre combien le Seigneur l’a toujours aimé. Dans sa rébellion Dieu n’a pas cessé de lui faire bénéficier de son soleil et de sa pluie. L’enfant de Dieu découvre combien il n’a fait que rejeter l’Amour que le Seigneur lui portait. Il découvre combien il a été ingrat envers le Seigneur, lui qui s’est investi en se donnant et en portant son joug pour qu’il sorte d’une vie d’esclave de la faute. Et que, malgré sa rébellion, aussi immense qu’elle puisse être, le Seigneur lui tend toujours la main pour qu’il retourne à la maison et qu’il ne tiendra plus compte de ses fautes. Et c’est la révélation de cet Amour que Dieu a témoigné envers lui en premier, qui entraîne naturellement le Fils à aimer son Père tel qu’il est écrit :

« 19. Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » (1 Jean 4 : 19)

On entre donc ainsi dans l’Obéissance par Amour.

Le Christ notre modèle ne se soumettait pas à Dieu (obéissance = soumission) parce qu’il avait peur que son Père le châtie. Non. Mais par Amour pour son Père. La relation entre le Fils et le Père est une relation de confiance et non de peur qui entraîne plutôt la distanciation, l’éloignement. C’est une relation où je sais que mon Père ne peut rien me faire de mal et que tout ce qu’il permet c’est pour mon Bien. C’est pourquoi quand il me demande d’aller à gauche, j’y vais avec Joie car je lui fais entièrement confiance et je sais qu’il m’a toujours témoigné que du Bien. Je ne vis plus dans la peur d’un quelconque jugement, mais je suis dans l’assurance tel qu’il est écrit :

« 17 Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. » (1 Jean 4 v 17)

Ainsi, l’Amour véritable bannit la crainte. Elle apporte plutôt le réconfort, l’assurance, la confiance en Dieu. C’est pourquoi nous pouvons nous approcher donc de Dieu sans rien craindre de lui, lui qui a purifié nos cœurs tel qu’il est écrit :

« 22. Approchons-nous avec un cœur sincère, dans une pleine certitude de foi, ayant les cœurs purifiés des souillures d’une mauvaise conscience, et le corps lavé d’une eau pure. » (Hébreux 10 : 22).

Que le Seigneur nous donne donc de demeurer dans cet Évangile d’Amour et de Confiance en lui, et que nous propagions cela chaque jour partout où nous allons. Ne soyons point des dispensateurs de l’Evangile de la Peur qui entraîne l’obéissance par la peur et l’éloignement de Dieu. Mais soyons des dispensateurs de l’Evangile d’Amour qui prône le pardon des fautes et la réconciliation d’avec Dieu car nous sommes des porteurs d’un message de réconciliation.

Que la Paix et la Joie du Seigneur soient sur tous.

Jocelyn MONEYENGONO

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s