La pâque que Dieu agrée : La victoire sur la vengeance.

Il sera question de parler dans un premier temps de la vengeance qui est un système de pensée ou plutôt l’esprit de la ville, hérigée par le grand architecte de l’univers ( Satan ) et poussant l’homme à la rébellion contre Elohim.
Puis de voir Dans un second temps le vrai sens de la célébration de la Pâques, qui est la victoire sur cette vengeance.

Pour ce faire, ouvrons nos bibles dans Genèse 4:1-16 et examinons cette portion de l’écriture.

Nous voyons la naissance de Caïn et de Abel, deux individus quoique issus du même sein, mais diamétralement opposés dans leur caractère.
Abel dans un esprit de renoncement fait une offrande que l’éternel agréé et Caïn dans un esprit de compétition, de malice, de ruse présente une offrande rejetée par l’éternel. Ce qui l’amène à s’éloigner de la présence de l’éternel pour s’installer dans celle de l’astre errant. Dans cette présence, il crée une ville (Genèse 4:17).

Cette ville qui en fait est issue du désir de perdre l’homme en l’éloignant de la présence de son créateur et du but pour lequel il a été appelé à l’existence, est en réalité un système de pensée, une manière de considérer son existence indépendamment de la volonté du père, qui va progressivement prendre le contrôle de tous les habitants de l’univers.

Rappelons nous le caractère du fondateur de cette ville et les fruits de ses dispositions et ne voyons pas la ville comme un lieu géographique mais plutôt comme un esprit qui habite les individus et leur impose un regard, une perception de l’existence, et nous pouvons dire juste en observant notre propre comportement et notre environnement que toute la terre est dirigée par ce système de pensée dont les conséquences sont les rivalités, les jalousies, les haines, rancunes, guerre, convoitises, etc.

Arrêtons nous sur le verset 4:

« … Abel présenta les premiers nés … » Genèse 4:4

Quand nous rentrons dans l’essence de cette portion, nous voyons Abel comme Christ, comme germe du créateur, comme semence qui mise en terre , produit la vie multipliée.
Abel qui au prix de son existence avance dans les sentiers que son créateur agrée, qui tombe et meurt comme Christ pour donner cette vie qui va mettre fin au système de pensée érigé en ville de vengeance.

Par conséquent, le vrai sens de la Pâques, dont le témoignage a été rendu par le Messie est la Victoire contre le système de la ville érigée par les forces du mal. La vraie Pâques est le Messie lui même car ayant remporté la victoire sur pêché.

Nous sommes donc appelés à rentrer dans cette Pâque en étant ce témoignage vivant de l’identité de Christ en nous, c’est à dire en allant à contre courant de l’esprit et des aspirations de la ville.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s